Etienne Rapin, à la tête de son propre laboratoire dentaire

Etienne Rapin était prédestiné à devenir rugbyman. Un accident de la vie fera qu'il en sera autrement. Par la suite, il s'est lancé dans la prothèse dentaire et a effectué sa formation au sein de l’Académie d'Art Dentaire Isabelle Dutel. Il a aujourd'hui monté son propre laboratoire avec un ami et souhaite continuer à le développer ces prochaines années. Il nous parle de son expérience et du métier qu’il exerce aujourd'hui. 

 

Quel a été votre parcours académique avant d’intégrer l’Académie d’Art Dentaire  ?

J’ai commencé ma carrière en jouant au rugby à bon niveau. J’étais en sport étude toute ma jeunesse, jusqu’au lycée. Ensuite j’ai eu des problèmes physiques qui m’ont contraint d’arrêter le rugby pour un moment. Je me suis ensuite lancé dans un BEP Electro Technique mais cela ne me plaisait pas. 

Durant mon stage de découverte de 3ème j’ai découvert le secteur de la prothèse dentaire et c’est un milieu qui m’avait beaucoup plu alors je me suis lancé là-dedans. J’ai passé les tests et ai été pris au campus de l’Académie d’Art Dentaire Isabelle Dutel de Bordeaux. Ensuite, le rugby m’a amené à Paris et j’ai donc fait un changement de campus. 



Pourquoi avoir choisi cette école en particulier ? 

A l’époque où je regardais les écoles, c’était la plus présente et la mieux représentée. L’école et l’équipe pédagogique avaient l'air vraiment sympa et c’est ça qui m’a séduit. 



Quel diplôme avez-vous choisi ? Qu’est-ce qui vous a plu au cours de ce cursus ? Quelles compétences en avez-vous tirées ? 

J’ai effectué un BAC Pro et un BTS Prothésiste Dentaire. J’étais en même temps au centre de formation de rugby à Paris. L’école a toujours été conciliante avec moi. J’avais le droit de quitter les cours si j’en avais besoin pour mes entraînements, mes matchs,  … J’étais ravi de pouvoir avoir un parcours sportif et en même temps suivre mes cours à l’école. 

Ce qui m’a plu dans mes études, c'est avant tout le métier de prothésiste dentaire en lui-même. J’ai vraiment commencé à aimer ce que je faisais quand j’ai commencé l’alternance. Les cours m'intéressaient, mais c’est lorsque l’on met en pratique dans les laboratoires que l’on se rend vraiment compte du métier. Je n’ai jamais été très scolaire, mais quand j’ai fait l’alternance j’étais motivé et content d’aller en entreprise pour apprendre de nouvelles choses. 



Depuis combien de temps êtes-vous diplômé ? Qu’avez-vous fait après l’obtention de votre diplôme ? 

J’ai eu mon BTS en 2014. Ensuite, j’ai directement travaillé en CDI dans un laboratoire qui cherchait à se développer dans le milieu C.F.A.O. J’y suis resté 1 an et demi puis j’ai contacté une personne avec qui je m’étais bien entendu dans mon ancienne alternance. C’était devenu un vrai ami et je lui ai suggéré qu’on s’associe pour ouvrir un labo ensemble. 

 

Depuis, notre laboratoire n’arrête pas de se développer depuis 5 ans. On prend de plus en plus de personnes et on a de plus en plus de projets. C’est très positif pour la suite.

 

En quoi consiste votre métier ?

Dans notre laboratoire, on travaille avec des prothésistes et des dentistes. Toutes nos conceptions de prothèses dentaires sont réalisées à l’ordinateur avec des usineuses. 

“On a vraiment à cœur de faire un travail parfait en proposant de belles finitions à la main.”

 Sur chaque travail on s’applique à faire les finitions à la main. Des centres d’usinage il y en a beaucoup, et nous, on essaye de se démarquer en proposant un travail de précision. 

 

Quelles sont vos ambitions pour l’avenir ? 

J’aimerais continuer de gérer au mieux le laboratoire avec mon associé. Je souhaiterais aussi réussir à trouver une équipe solide et fiable. Pour le moment c’est compliqué car on a énormément de travail et on a du mal à trouver des personnes motivées et sérieuses en CDI. 

“Notre objectif  est vraiment de continuer à développer le laboratoire tout en trouvant une équipe solide. “

 

Avez-vous un conseil à donner aux étudiants ? 

Le conseil que je pourrais donner est de ne pas se forcer à faire ce métier si on ne l’aime pas. C’est un métier compliqué et il faut vraiment être passionné. Sur les cinq alternants que l’on a, un seul est motivé par ce qu’il fait et ça se voit. Si le métier ne vous plaît pas maintenant, il vous plaira encore moins plus tard. Ça ne sert a rien de se forcer, chacun arrivera à trouver la voie professionnelle pour laquelle il est fait.

                                              En savoir plus sur le BTS

Back to Blog